✨COLLOQUE INTERNATIONAL✨

13 et 14 novembre 2019

🎧La bande originale du colloque🎧                                                       Création, Emmanuel Soland (designer sonore) 

 

Mercredi 13 novembre 2019

EHESS, Amphithéâtre Furet 105 bd Raspail, 75006 Paris

8h30 Accueil
9h Introduction Romain Huret (EHESS) et Guillaume Soulez (Univ. Paris 3)

9h30-10h15 KEYNOTE Kristine Harris (State Univ. of New York)
« Trespassing, transforming, translating »
10h15-10h45 Discussion

LES SONS DU NOUVEAU MONDE – THE SOUNDS OF THE NEW WORLD

Modératrice/Discutant : Evgenia Giannouri (Univ. Paris 3)

11h-11h30 Jean-Sébastien Houle (Univ. Montréal)
« Entendre la jungle et comprendre l’espace sauvage : l’exotisme sonore dans Tarzan the Ape Man (1932) de W.S. Van Dyke »
11h30-12h Aurélie Journée-Duez (EHESS)
« Les sons de la découverte. Représentations synesthésiques des ‘‘premiers contacts’’ dans The New World (2005) et The Thin Red Line (1998), Terrence Malick »
12h-12h30 Discussion

ÉCOUTER UN AUTRE MONDE – LISTENING TO ANOTHER WORLD

Modératrice/Discutant : Marion Polirsztok (Univ. Rennes 2)

14h-14h30 Juan Carlos Poveda (Univ. Alberto Hurtado)
« Sing to your Señorita: Music in Latin American representations in Hollywood films during the “Good Neighbor Policy” period (1933-1945) »
14h30-15h Johannes Sturm (Univ. Heidelberg & Freiburg)
« The exotic dimension of reality – The movie Alarm in Peking »
15h-15h30 Discussion

LA MÉLODIE DES ACCENTS – THE SOUND OF ACCENTS

Modérateur/Discutant : Karine Le Bail (CRAL, CNRS/EHESS)

15h45-16h15 Solène Monnier (Univ. Paris 1)                                                                 «La voix et l’accent de Joséphine Baker dans le cinéma parlant des années 1930 ou l’exotisme dualiste»                                                                                    16h15-16h45 Maguelone Loublier (Univ. Paris 8 – Univ. du Mans)                    «Du texte arabe à la voix méditerranéenne de Fernandel : Ali Baba et les quarante voleurs (Jacques Becker, 1954) »                                                          16h45-17h15 Discussion

ÉCOUTER VOIR – LISTEN UP

Conversation entre Marylène Negro (plasticienne, réalisatrice) et Emmanuel Soland (designer sonore) autour de deux films de l’artiste
17h30 Pass (Marylène Negro, 2018, 23’15)
19h Ganga (Marylène Negro, 2017, 33’)

 

Jeudi 14 novembre 2019

Maison de la recherche – Univ. Sorbonne Nouvelle-Paris 3 Salle Athéna – 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

9h Accueil
PARTITION/RÉVOLUTIONS – PARTITION/REVOLUTION

Modérateur/Discutant : Guillaume Soulez (Univ. Paris 3) et Anne Kerlan (CNRS)

9h15-9h45 Corrado Neri (Univ. Lyon 3)
« Quand l’exotisme est le chemin délaissé : l’avènement de la musique pop sinophone dans le cinéma historique chinois »
9h45-10h15 Eirini-Maria Fountedaki (SAVVY Contemporary)
« Towards new modes of aural resistance: dis-othering through sound in the Films of the L.A. Rebellion and beyond »
10h15-10h45 Barbara Mittler (Univ. Heidelberg)
« The sounds amidst the fury — China’s Cultural Revolution in films of global 68 movements »                                                                                                    10h45-11h15 Discussion

11h30-12h15 KEYNOTE Michael Raine (Western University)
« Ersatz exoticism:  the wartime vocal performances of Ri Koran/Li Xianglan »
12h15-12h45 Discussion

ENTRE L’ICI ET L’AILLEURS – HERE, SOMEWHERE ELSE, AND IN BETWEEN

Modérateur/Discutant : Esteban Buch (CRAL, CNRS/EHESS)

14h-14h30 Kyoko Omori (Hamilton College)
« Noise to music: Soundings in The Neighbor’s Wife and Mine (1931) »
14h30-15h Sophie Bisping (Univ. Heidelberg)
« Songs of difference and resemblance: Japanese representations of Southeast Asia then and now »                                                                                       15h-15h30 Paola Palma (Thalim)
« L’exotisme entre propagande et melodrama : la dimension sonore du cinéma colonial fasciste »                                                                                             15h30-16h Discussion

TINTEMENTS/LANGUES/SILENCES : LES TRADUCTIONS DE L’AUTRE – TINKLING/SPEAKING/SILENCING: TRANSLATING THE OTHER

Modération/discutant : Martin Goutte (Univ. Paris 3)

16h15-16h45 Claire Allouche (Univ. Paris 8)
« La Flor (2018) de Mariano Llinás : d’où bruisse l’Argentine ? »              16h45-17h15 : Amandine D’Azevedo et Térésa Faucon (Univ. Paris 3) « “Les bracelets de la Reine de la pluie” : femmes indiennes sonores »                 17h15-17h45 Discussion
17h45 BRUISSEMENT DES PAPILLES. PROJECTION SURPRISE

Télécharger le programme ici

Séance 7 Les lieux de l’exotisme II

Séance 7   LES LIEUX DE L’EXOTISME II                                               

Jeudi 9 mai 2019 de 14h à 17h,

Maison de la recherche (4, rue des Irlandais 75005, salle Claude Simon)

Dario Marchiori (Lyon 2) : Aux Pôles de l’exotisme? Formes et enjeux de la représentation cinématographique des Pôles

Les régions polaires semblent s’opposer à la plupart des récits et des représentations exotiques, qui insistent sur le paradigme de l’abondance et de l’accumulation, voire de l’appropriation, d’une multitude légendaire d’êtres et d’objets. Y aurait-il un « exotisme de l’invivable », sorte d’anti-utopie qui permet de cerner les limites de l’exotisme et de le mettre en rapport à d’autres dimensions de l’imagination, comme le fantastique et surtout la science-fiction? A contrario, que signifie la restitution d’une existence humaine à cet espace que l’on fantasme comme étant vide et inhabitable, selon le modèle fourni par Flaherty dans son célèbre film Nanouk l’esquimau (1922)? Finalement, l’intérêt pour les Pôles permet-il d’établir des passerelles entre différentes formes d’exotisme propres à ce qu’on appelle communément l’Orient et l’Occident? De The Great White Silence (H. Ponting, 1910-13/1924) à Servus Bayern (H. Achternbusch, 1978), cette intervention permettra d’étudier les formes et les enjeux de l’exotisme polaire au cinéma, y compris quand les réalisateurs parodient ou critiquent de l’intérieur l’exotisme.

Séance 6

Les lieux de l’exotisme I

JEUDI 11 AVRIL, de 14h30 à 17h30

Maison de la Recherche (4, rue des Irlandais, 75005 / salle Claude Simon)

  • Marie Pruvost-Delaspre (MCF, Paris 8), L’Amérique dans Goldorak et l’animation japonaise
  • Amandine D’Azevedo (Paris 3), Retour sur l’exotisme intérieur : l’Inde
  • Térésa Faucon (MCF HDR, Paris 3), Le chalet suisse (du Grand Tour au Grand Ouest en passant par l’Himalaya)

 

Séance précédée de la projection de La Tragédie de la jungle (André-Paul Antoine, 1937) à 12h, à la Cinémathèque universitaire de Paris 3 (métro Censier Daubenton), entrée à 2€.

 

Appel à communication

Colloque international

Les sons de l’exotisme au cinéma (bruits, musiques, paroles)

Colloque international
LES SONS DE L’EXOTISME AU CINEMA
(BRUITS, MUSIQUES, PAROLES)
Mercredi 13 et jeudi 14 novembre 2019
IRCAV-Université Sorbonne Nouvelle
Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine
EHESS-CNRS

APPEL A COMMUNICATIONS

Quel bruit fait l’exotisme dans les films ? Comment double-t-on un accent ou traduit-on une spécificité langagière et culturelle ? Comment le cinéma fait-il parler l’Autre ? Comment le cinéma recycle-t-il et invente-t-il des « clichés sonores » de l’exotisme, dans ses bruits, ses tons, ses rythmes ? Et à l’inverse, comment impose-t-il le silence à des corps, des objets, des lieux ?
Nous avons exploré pendant un an, sous forme d’atelier, divers allers-retours de l’exotisme dans le cinéma de fiction, de la Chine aux États-Unis en passant par l’Iran, l’Inde, Taïwan ou la Russie soviétique – ce que nous nommons le champ-contrechamp entre regardant et regardé, entre un
« nous » et les « autres ».
Ce colloque international sera l’occasion d’étudier un autre aspect de ces interactions de l’exotisme entre écoutant et écouté. L’exotisme n’est pas qu’un spectacle pour les yeux, il est également un spectacle pour les oreilles. Mais écoutons-nous vraiment ? Qu’entendons-nous au juste, sinon peut être ce que nous voulons entendre de l’autre, ou ce que nous croyons être « le bruit de l’autre » ?
Ce colloque s’intéressera à toutes les aires géographiques concernées par la production, la réception et la circulation des films : la Chine et l’Inde par exemple, lorsqu’elles sont regardées, représentées, écoutées et diffusées hors du territoire (mais pourquoi pas aussi à l’intérieur même du pays, dans un exotisme régional) et également lorsqu’elles emploient la musique occidentale (par exemple le jazz, associé à l’urbanité). Il couvrira toute l’histoire du cinéma, y compris le cinéma muet qui n’est pas
en reste en matière d’accompagnement musical exotique dans une véritable recherche d’atmosphère. Le cinéma se conçoit alors comme média parmi d’autres médias et d’autres industries du son : industrie de l’enregistrement musical, radio, monde du spectacle (théâtre, opéra, comédie musicale), etc. Leurs histoires sont indissociables de celle du cinéma et nous verrons ainsi comment circule l’exotisme d’art en art. La réflexion est ainsi ouverte aux chercheurs d’autres disciplines
(musicologie, anthropologie, histoire, histoire de l’art…)
Ce colloque sera également l’occasion d’étudier des cas précis de formes sonores, vocales, musicales et rythmiques propres au cinéma producteur et récepteur d’exotismes : accompagnement musical, composition de musique de film ou recyclage et « pot pourri », adaptation de mélodies et d’airs, inserts sonores, bruitages et sound designing, cris d’animaux, doublage des voix ou sous-titrage des dialogues, traduction des titres, intertitres et boniments, etc.

Les propositions de 2 000 signes environ, accompagnées d’une rapide biographie, sont à envoyer pour le 10 avril 2019 à l’adresse suivante : exotisme18@gmail.com

Réponses du comité : mi-mai 2019

Comités scientifique et d’organisation : Amandine D’Azevedo, Térésa Faucon, Marion Polirsztok (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, IRCAV), Anne Kerlan (CNRS-EHESS, UMR Chine Corée Japon).

Contact : exotisme18@gmail.com

 

 

International symposium Paris (France)
THE SOUNDS OF EXOTICISM IN CINEMA
(SOUNDS, MUSIC, SPEECHES)
13th and 14th November 2019
IRCAV-Université Sorbonne Nouvelle
Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine
EHESS-CNRS


CALL FOR PAPERS


What sound does exoticism make in movies? How do you dub an accent or translate a linguistic and cultural specificity? How does cinema recycle and imagine “sound clichés” of exoticism, in its noises, tones and rhythms?
For a year, we explored, in the form of a workshop, various back and forth journeys from exoticism
in fiction film, from China to the United States, Iran, India, Taiwan, Japan or Soviet Russia – what we call the shot/reverse shot between the ones looking and those ones being watched, between “us” and “the others”.
This international symposium will be an opportunity to study another aspect of these interactions of exoticism between the ones listening and the ones being listened at. Exoticism is not only a spectacle for the eyes, it is also a spectacle for the ears. But are we really listening? What exactly do
we hear, if not perhaps what we want to hear from the other, or what we think is “the noise of the other”?
This conference will focus on every geographical area concerned with production, reception and circulation of films: China, Japan and India for example, when they are watched, represented, listened to and broadcasted outside the territory (but why not also within the country itself, in an
exotic interior) and also when they use Western music (for example jazz, associated with urbanity).
It will cover the entire history of cinema, including silent cinema, which is not to be outdone in terms of exotic musical accompaniment in a search for atmosphere. Cinema is then conceived as a medium among other media and other sound industries: music recording industry, radio,
entertainment (theatre, opera, musical), etc. Their histories are inseparable from that of cinema and we will see how exoticism circulates from art to art. The reflection is thus open to researchers from other disciplines (musicology, anthropology, history, art history…).
This conference will also be an opportunity to study specific cases of sound, musical, verbal and rhythmic forms specific to cinema producing or receiving exoticism: sound inserts, musical accompaniment, film music composition or recycling and “potpourri”, adaptation of melodies and
tunes, sound effects and sound designing, animal cries, voice dubbing or dialogue subtitling, translation of titles, etc.

 

Abstracts of 2 000 signs, plus a biographical note, should be sent by 10th April 2019 to exotisme18@gmail.com.

Acceptance signification: 15th May 2019.

Scientific committee & Organization: Amandine D’Azevedo, Térésa Faucon, Marion Polirsztok (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 IRCAV), Anne Kerlan (CNRS-EHESS, UMR Chine Corée Japon).

To join us: exotisme18@gmail.com

Séance 5 “L’exotisme en théories et en analyses”

Furyo (Oshima, 1983)

Cette séance se déroulera en deux temps :

12h – Projection du film “The Jungle” (W.A. Berke, 1952, Inde/USA) à la Cinémathèque universitaire (Centre Censier, salle 49, 13 rue Santeuil 75005)

bande-annonce 

14h30 – 17h30 Intervention de Mehdi Derfoufi (Sorbonne Nouvelle -Paris 3) : “Théories post-coloniales et analyses filmiques”
Salle Claude Simon, Maison de la recherche (rue des Irlandais, 75005)

Programme 2019

Jeudi 14 février 2019 de 14h-17h

Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon

Erotica exotica. Visage, peaux, muscles

  • Blanc Bollywood : lorsque la peau blanche se fait indienne, Hélène Kessous (EHESS)

  • Les corps musclés à Bollywood : des corps exotiques ?, Némésis Srour (EHESS)

Répondantes : Térésa Faucon et Amandine D’Azevedo (Paris 3)

Séance précédée de la projection de Kali-Yug, la dea della vendetta (Kali-Yug déesse de la vengeance, Mario Camerini, Italie, 1963) à 12h à la Cinémathèque universitaire (Centre Censier, salle 49, 13 rue Santeuil 75005)

Jeudi 14 mars 2019 de 14h-17h

Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon

L’exotisme en théories et en analyses

Théories post-coloniales et analyses filmiques, Mehdi Derfoufi (Paris 3)

Séance précédée de la projection de The Jungle (La Jungle W.A. Berke, 1952, Inde/USA) à 12h à la Cinémathèque universitaire (Centre Censier, salle 49, 13 rue Santeuil 75005)

Jeudi 11 avril 2019 de 14-17h

Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon

Les lieux de l’exotisme 1

  • L’Amérique dans Goldorak et l’animation japonaise, Marie Pruvost-Delaspre (Paris 8)

  • Les lieux de la modernité occidentale dans les films chinois des années 1920-1930 : un exotisme à l’envers ? Anne Kerlan (CNRS-EHESS)

  • Les sept merveilles du monde dans les séquences musicales indiennes, Térésa Faucon (Paris 3)

  • Retour sur l’exotisme intérieur : l’Inde, Amandine D’Azevedo (Paris 3)

Séance précédée de la projection de La Tragédie de la jungle (André-Paul Antoine, FR, 1937) à 12h à la Cinémathèque universitaire (Centre Censier, salle 49, 13 rue Santeuil 75005)

Jeudi 9 mai 2019 de 14-17h

Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, salle Claude Simon

Les lieux de l’exotisme 2

Aux Pôles de l’exotisme ? Formes et enjeux de la représentation cinématographique des Pôles au cinéma, Dario Marchiori (Université Lyon 2)

Jeudi 13 juin 2019 de 14-17h

EHESS, 54 boulevard Raspail 75006, salle AS1_24

PROGRAMMATION, FESTIVAL ET EXOTISMES

Jérôme Baron (Directeur artistique du Festival Les Trois continents de Nantes)

Charles Tesson (Délégué général Semaine de la critique, Président de la commission des Aides aux cinémas du monde, sous réserve)

Séance spéciale “Shiraz” de Franz Osten – 1928 (1h45)

Vendredi 25 janvier à 19h30 et samedi 2 février à 16h

Fondation Jérôme Seydoux-Pathé (Paris 13eme)

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé propose deux séances exceptionnelles du film “Shiraz” de Franz Osten (1928), restauré en 2018 par le British Film Institute. Ces séances marquent le coup d’envoi d’un programme, en 2019, où l’Inde sera mise à l’honneur.

La séance sera présentée par Amandine D’Azevedo, docteur en études cinématographiques de la Sorbonne Nouvelle et spécialiste des cinémas indiens.***

Shiraz, 1928 (1h45)

Réalisateur : Franz Osten

Assistant réalisateur : Victor A. Peers

Scénario : W.A Burton d’après l’oeuvre de Niranjan Pal

Production : British Instructionnal Films, UFA et Himansu Rai Film

Avec : Himansu Rai, Charu Roy, Enakshi Rama Rao, Seeta Devi, Maya Devi

Synopsys : Au XVIIème siècle en Inde, une caravane acheminant la très jeune princesse Arjumand est attaquée par une horde de bandits. Ceux qui ne sont pas capturés sont tués. La petite fille échappe par miracle à la razzia mais se retrouve seule à errer dans le désert. Un potier qui passe par là en rentrant à son village la recueille. Ignorant qu’elle est de sang royal, il l’adopte et la nomme Selima. Elle devient la camarade de jeu de son fils Shiraz. Les deux enfants qui ont à peu près le même âge grandissent ensemble et peu à peu, leur amitié juvénile se meut en amour.

Le film est projeté en version numérique, restauration BFI. 

Amandine D’Azevedo est membre fondateur du groupe de recherche Les Cinémas indiens avec Charles Tesson et Térésa Faucon. Elle est l’auteur de l’ouvrage pédagogique sur le film de Satyajit Ray Charulata (2016) et de Mythes, films, bazar: formes transversales des cinémas indiens aux éditions Mimesis (2018).

Séance 3 Exotismes intérieurs

JEUDI 10 janvier, 14h-17h

EHESS, 54 bd Raspail, 75006 PARIS
Salle A07_37

Wafa Ghermani (Cinémathèque française, université Paris 3) : “Le double regard exotique des cinéastes venus de Chine sur Taïwan après 1945”

Caroline Damiens (Université Paris Nanterre) : “Filmer l’Autre soviétique à la fin des années 1920 : vers une décolonisation du regard ?”

Shanghai Express / Allers et retours

Anne Kerlan (CNRS) et Marion Polirsztok (IRCAV)

Séance 2 de l’Atelier Exotismes en champ-contrechamp

JEUDI 13 DECEMBRE (14h à 17h), séance suivie de projections

Exceptionnellement, la séance se tiendra en salle A 07-37 (bâtiment A, 7e étage), à l’ EHESS (54 bd Raspail, 75006)

Projections à 17h, après l’atelier, à la Cinémathèque universitaire       (Centre Censier, salle 49, 13 rue Santeuil 75005) :
“Thaumaturge chinois”, Georges Méliès (1904)
“Shanghai Express”, J. von Sternberg (1932)

Programme 2018

Dates :

2ème jeudi de chaque mois à partir de novembre 2018, 14-17h. Certaines séances seront accompagnées de la projection de films.

Lieux :

L’atelier aura lieu soit à l’EHESS (salle AS1_24), 54 boulevard Raspail 75006.
soit à la Maison de la recherche (Salle Claude Simon) 4, rue des Irlandais 75005.
Les projections se dérouleront à la Cinémathèque universitaire (salle 49), Université Sorbonne nouvelle, Centre Censier, 13, rue Santeuil Paris 75005.

PROGRAMME DU PREMIER SEMESTRE 2018-2019

Jeudi 8 novembre 2018
14h-17h
EHESS, 54 boulevard Raspail 75006, salle AS1_24
SEANCE INTRODUCTIVE
Les théories de l’altérité et le cinéma de fiction : approches théoriques et études de cas (la réception du cinéma iranien en France, avec Carine Bernasconi (Université de Lausanne) et les organisatrices.

Jeudi 13 décembre 2018
14h-17h
EXCEPTIONNELLEMENT : Centre Censier, 13 rue Santeuil 75005, salle 445
SHANGHAI EXPRESS
Allers et retours, Anne Kerlan (CNRS) et Marion Polirsztok (IRCAV)
Projection du film Le Thaumaturge chinois, Georges Méliès (1904), puis Shanghai Express, J. von Sternberg, USA, 1932à 17h à la Cinémathèque universitaire (Centre Censier, salle 49, 13 rue Santeuil 75005)

Jeudi 10 janvier 2019
14-17h
EHESS, 54 boulevard Raspail 75006, salle AS1_24
EXOTISMES INTERIEURS
Le double regard exotique des cinéastes venus de Chine sur Taïwan après 1945, Wafa Ghermani (Cinémathèque Française, Université Paris 3)
Filmer l’Autre soviétique à la fin des années 1920 : vers une décolonisation du regard ?, Caroline Damiens (Université Paris Nanterre)

Nuits de Chine : Shanghai vue du Japon

Dans le cycle Cinéma japonais de la Cinémathèque, où l’on peut voir de très rares films, Nuits de Chine (samedi 6 octobre à 16h) offre un cas particulièrement intéressant d’exotisme en champ-contrechamp dans le contexte d’une domination coloniale et de guerre.

Réalisé par la Toho en 1940, il fait partie d’un cycle de trois films tournés chacun en trois endroits de Chine: Byakuran no uta/Bailian zhi ge (La Chanson de l’orchidée blanche, 1939), à Pékin, Nessa no chikai/Shamo zhi shi (Promesse dans le désert, 1940) en Mandchourie et donc, Shina no yoru à Shanghai (le film fut même intitulé Shanghai Nights, ou même Rêve de printemps pour ne pas froisser la population chinoise). Ces trois films, destinés d’abord au public japonais, ont en commun de raconter une histoire d’amour entre une Chinoise et un Japonais, façon pour le Japon de promouvoir, alors que le pays occupe la Mandchourie depuis 1931 et une grande partie de la Chine depuis 1937, sa domination sur son voisin. Comme le rappelle POshek Fu : “there were many national policy films using a love story between a strong Japanese man and a weak Chinese woman to project a stereotypical Japanese-style “Orientalist” image of the ineluctable dependence of a backward China on “advanced” Japan for leadership in a darwinian world of power politics” (Poshek Fu, 2003, p. 107).

L’actrice qui joue, dans ces trois films, le rôle de la “faible Chinoise” est Li Xianglan, également connue sous le nom de Ri Koran ou Yamaguchi Yoshiko (1920-2014). La multiplicité des noms n’est pas anodine: beaucoup de secret entoure la vie, et surtout l’identité ethnique de cette jeune femme, née de parents japonais mais grandie en Mandchourie. Sa carrière d’actrice se construisit autour d’une usurpation de rôle: embauchée à la Manei, la compagnie de cinéma de la Mandchourie occupée, elle n’y est connue que sous son nom chinois, ses origines japonaises étant gardées secrètes (seuls quelques uns des responsables de la compagnie connaissaient sa véritable nationalité). Elle incarna ainsi l’idéal de la politique japonaise en Chine en matière de propagande cinématographique, une politique visant à développer  le respect et la compréhension transculturelle dans une sphère de coprospérité asiatique harmonieuse où les colonisés devaient devenir de loyaux sujets conquis par la culture japonais après avoir été soumis par les armes.

Li Xianglan devint célèbre au Japon avec Nuits de Shanghai. Le film, cependant, fut moins bien reçu sur le continent chinois. Il ne sortit pas en Mandchourie: les censeurs craignirent que la population ne réagisse pas de façon très positive au portrait de la jeune Chinoise détestant les Japonais. Une telle attitude aurait pu donner des idées aux colonisés. On sait en revanche que Nuits de Chine fut montré à Shanghai, y compris après 1942, soit après l’attaque de Pearl Harbour. Le titre cependant fut alors changé en Rêve de printemps (Chun zhi meng), un titre porbablement moins provocateur pour le public shanghaien.

Le film est donc d’abord et avant tout un film destiné à la population japonaise. C’est à elle qu’est destinée la description de Shanghai, ville multiple où s’emboitent des espaces composites mais fort distincts, de la ville occidentalisée (où vivent les Japonais) à la ville chinoise (montrée de nuit comme le lieu de tous les dangers) en passant par d’immenses champs de ruines, mais aussi de la romantique Suzhou, sorte de carte postale d’une Chine éternelle, où le couple se rend avant le mariage. C’est au public japonais qu’est destinée cette distinction opérée entre la femme chinoise et la femme japonaise qui passe par des gestes, des mimiques faciales, des coiffures, des tenues vestimentaires, des intonations de voix: l’enjeu étant de montrer les différences tout en rendant possible, en fin de compte, le rapprochement, la coexistence.

A suivre…

Exotismes en champ-contrechamp

Ce carnet de recherche poursuit les activités d’un atelier voyant le jour à la rentrée 2018-2019 et qui se propose de réfléchir à la notion d’exotisme dans les films de fiction.

Il est l’occasion de revenir aux textes conceptualisant cette notion (en peinture et en littérature notamment), et de les confronter à diverses cinématographies européennes ou extra-européennes. L’enjeu est de multiplier les points de vue dans une dynamique de champ-contrechamp, entre le « nous » et les « autres ».

Nous tiendrons ensemble les deux faces de l’exotisme : il s’agit d’analyser la production d’exotisme par le cinéma occidental et de s’intéresser à ce qui se passe dans ces sociétés dites “exotiques” quand elles reçoivent la vision d’elles-mêmes proposée par ce même cinéma. Un autre aspect de la réflexion amène à s’intéresser à la façon dont l’Occident est devenu l’exotisme d’un autre. Les questions de domination, d’impérialisme, de colonialisme, attachées au terme d’exotisme se trouvent sans doute bousculées de ce renversement des regards.