Programme 2018

Dates :

2ème jeudi de chaque mois à partir de novembre 2018, 14-17h. Certaines séances seront accompagnées de la projection de films.

Lieux :

L’atelier aura lieu soit à l’EHESS (salle AS1_24), 54 boulevard Raspail 75006.
soit à la Maison de la recherche (Salle Claude Simon) 4, rue des Irlandais 75005.
Les projections se dérouleront à la Cinémathèque universitaire (salle 49), Université Sorbonne nouvelle, Centre Censier, 13, rue Santeuil Paris 75005.

PROGRAMME DU PREMIER SEMESTRE 2018-2019

Jeudi 8 novembre 2018
14h-17h
EHESS, 54 boulevard Raspail 75006, salle AS1_24
SEANCE INTRODUCTIVE
Les théories de l’altérité et le cinéma de fiction : approches théoriques et études de cas (la réception du cinéma iranien en France, avec Carine Bernasconi (Université de Lausanne) et les organisatrices.

Jeudi 13 décembre 2018
14h-17h
EXCEPTIONNELLEMENT : Centre Censier, 13 rue Santeuil 75005, salle 445
SHANGHAI EXPRESS
Allers et retours, Anne Kerlan (CNRS) et Marion Polirsztok (IRCAV)
Projection du film Le Thaumaturge chinois, Georges Méliès (1904), puis Shanghai Express, J. von Sternberg, USA, 1932à 17h à la Cinémathèque universitaire (Centre Censier, salle 49, 13 rue Santeuil 75005)

Jeudi 10 janvier 2019
14-17h
EHESS, 54 boulevard Raspail 75006, salle AS1_24
EXOTISMES INTERIEURS
Le double regard exotique des cinéastes venus de Chine sur Taïwan après 1945, Wafa Ghermani (Cinémathèque Française, Université Paris 3)
Filmer l’Autre soviétique à la fin des années 1920 : vers une décolonisation du regard ?, Caroline Damiens (Université Paris Nanterre)

Nuits de Chine : Shanghai vue du Japon

Dans le cycle Cinéma japonais de la Cinémathèque, où l’on peut voir de très rares films, Nuits de Chine (samedi 6 octobre à 16h) offre un cas particulièrement intéressant d’exotisme en champ-contrechamp dans le contexte d’une domination coloniale et de guerre.

Réalisé par la Toho en 1940, il fait partie d’un cycle de trois films tournés chacun en trois endroits de Chine: Byakuran no uta/Bailian zhi ge (La Chanson de l’orchidée blanche, 1939), à Pékin, Nessa no chikai/Shamo zhi shi (Promesse dans le désert, 1940) en Mandchourie et donc, Shina no yoru à Shanghai (le film fut même intitulé Shanghai Nights, ou même Rêve de printemps pour ne pas froisser la population chinoise). Ces trois films, destinés d’abord au public japonais, ont en commun de raconter une histoire d’amour entre une Chinoise et un Japonais, façon pour le Japon de promouvoir, alors que le pays occupe la Mandchourie depuis 1931 et une grande partie de la Chine depuis 1937, sa domination sur son voisin. Comme le rappelle POshek Fu : “there were many national policy films using a love story between a strong Japanese man and a weak Chinese woman to project a stereotypical Japanese-style “Orientalist” image of the ineluctable dependence of a backward China on “advanced” Japan for leadership in a darwinian world of power politics” (Poshek Fu, 2003, p. 107).

L’actrice qui joue, dans ces trois films, le rôle de la “faible Chinoise” est Li Xianglan, également connue sous le nom de Ri Koran ou Yamaguchi Yoshiko (1920-2014). La multiplicité des noms n’est pas anodine: beaucoup de secret entoure la vie, et surtout l’identité ethnique de cette jeune femme, née de parents japonais mais grandie en Mandchourie. Sa carrière d’actrice se construisit autour d’une usurpation de rôle: embauchée à la Manei, la compagnie de cinéma de la Mandchourie occupée, elle n’y est connue que sous son nom chinois, ses origines japonaises étant gardées secrètes (seuls quelques uns des responsables de la compagnie connaissaient sa véritable nationalité). Elle incarna ainsi l’idéal de la politique japonaise en Chine en matière de propagande cinématographique, une politique visant à développer  le respect et la compréhension transculturelle dans une sphère de coprospérité asiatique harmonieuse où les colonisés devaient devenir de loyaux sujets conquis par la culture japonais après avoir été soumis par les armes.

Li Xianglan devint célèbre au Japon avec Nuits de Shanghai. Le film, cependant, fut moins bien reçu sur le continent chinois. Il ne sortit pas en Mandchourie: les censeurs craignirent que la population ne réagisse pas de façon très positive au portrait de la jeune Chinoise détestant les Japonais. Une telle attitude aurait pu donner des idées aux colonisés. On sait en revanche que Nuits de Chine fut montré à Shanghai, y compris après 1942, soit après l’attaque de Pearl Harbour. Le titre cependant fut alors changé en Rêve de printemps (Chun zhi meng), un titre porbablement moins provocateur pour le public shanghaien.

Le film est donc d’abord et avant tout un film destiné à la population japonaise. C’est à elle qu’est destinée la description de Shanghai, ville multiple où s’emboitent des espaces composites mais fort distincts, de la ville occidentalisée (où vivent les Japonais) à la ville chinoise (montrée de nuit comme le lieu de tous les dangers) en passant par d’immenses champs de ruines, mais aussi de la romantique Suzhou, sorte de carte postale d’une Chine éternelle, où le couple se rend avant le mariage. C’est au public japonais qu’est destinée cette distinction opérée entre la femme chinoise et la femme japonaise qui passe par des gestes, des mimiques faciales, des coiffures, des tenues vestimentaires, des intonations de voix: l’enjeu étant de montrer les différences tout en rendant possible, en fin de compte, le rapprochement, la coexistence.

A suivre…