Séance 7 Les lieux de l’exotisme II

Séance 7   LES LIEUX DE L’EXOTISME II                                               

Jeudi 9 mai 2019 de 14h à 17h,

Maison de la recherche (4, rue des Irlandais 75005, salle Claude Simon)

Dario Marchiori (Lyon 2) : Aux Pôles de l’exotisme? Formes et enjeux de la représentation cinématographique des Pôles

Les régions polaires semblent s’opposer à la plupart des récits et des représentations exotiques, qui insistent sur le paradigme de l’abondance et de l’accumulation, voire de l’appropriation, d’une multitude légendaire d’êtres et d’objets. Y aurait-il un « exotisme de l’invivable », sorte d’anti-utopie qui permet de cerner les limites de l’exotisme et de le mettre en rapport à d’autres dimensions de l’imagination, comme le fantastique et surtout la science-fiction? A contrario, que signifie la restitution d’une existence humaine à cet espace que l’on fantasme comme étant vide et inhabitable, selon le modèle fourni par Flaherty dans son célèbre film Nanouk l’esquimau (1922)? Finalement, l’intérêt pour les Pôles permet-il d’établir des passerelles entre différentes formes d’exotisme propres à ce qu’on appelle communément l’Orient et l’Occident? De The Great White Silence (H. Ponting, 1910-13/1924) à Servus Bayern (H. Achternbusch, 1978), cette intervention permettra d’étudier les formes et les enjeux de l’exotisme polaire au cinéma, y compris quand les réalisateurs parodient ou critiquent de l’intérieur l’exotisme.