Séance 2 EXOTIC TRAGEDY

Rencontre avec l’artiste Natacha Lesueur autour de ses œuvres sur Carmen Miranda et les films des mers du Sud

Nous aurons le plaisir d’accueillir l’artiste Natacha Lesueur pour une présentation de son travail filmique et photographique sur Carmen Miranda et la Polynésie. L’occasion de (re)voir ses œuvres en conversation avec des fictions cinématographiques fabriquant des images des mêmes territoires et des mêmes identités : That Night in Rio, I. Cummings (1941), Week-End in Havana, W. Lang (1941), The Gang’s All Here, B. Berkeley (1943), White Shadows in South Seas de W.S. Van Dyke (1928), Tabu de F.W. Murnau (1931)…

Paradis et reines des tropiques nous inviteront à rediscuter, dans la dynamique du champ-contrechamp, de la proposition faite par Carlos Alfonso López Lizarazo1 d’un néo-exotisme.

    

Série Carmen Miranda :

« Depuis 2009, l’artiste a engagé une collaboration avec un même modèle, une femme d’une quarantaine d’années, qui s’est trouvée enceinte au moment du travail. Avec elle, Natacha Lesueur a entrepris de revisiter la figure de Carmen Miranda, une actrice d’origine brésilienne dont Hollywood fit, dans les années 1940, le “prototype” d’un exotisme caricatural, à la mesure des desseins expansionnistes américains qui passaient toujours par la normalisation (au sens de “mise en normes”) de l’autre (en l’espèce, la femme sud-américaine, de couleur). »

(Emmanuel Latreille à propos de l’exposition Ne me touche pasau FRAC Languedoc Roussillon, 2012)

Travail in situ en Polynésie :

« Le lieu exotique est un “lieu-image” affirme Claude Raffestin et mon regard était conditionné. L’expérience de ce sentiment de spectacle “déjà vu” a stimulé mon intérêt, ma curiosité pour les cultures océaniennes. Je me suis plongée dans les récits d’explorateurs, dans la littérature (le mariage de Loti, les écrits de Victor Segalen), les premiers films des mers du Sud, les expositions coloniales. J’ai été frappée par la récurrence, la permanence, des descriptions et des représentations associées aux îles polynésiennes dans les représentations occidentales : vahinés dénudées, scènes “typiques” de la vie quotidienne, végétation tropicale luxuriante. Ces motifs ont traversé les âges et l’histoire de l’iconographie occidentale de la Polynésie. La réalité tahitienne elle-même s’est transformée dans certains de ses aspects pour mieux ressembler aux images… »

(Natacha Lesueur dans le catalogue de l’exposition Ombres blanches au Musée Chagall, 2014)

Jeudi 12 mars, de 14h à 17h

Maison de la Recherche, salle Claude Simon

4, rue des Irlandais, 75005 Paris

 Métro Place Monge, Cardinal Lemoine ou RER Luxembourg

Natacha Lesueur en conversation avec Térésa Faucon