Saison 2020/2021

Séance 1

15 octobre 2020

15h-18h

Maison de la recherche Paris 3 – 4 rue des Irlandais 75005

L’auto-exotisation, écho aux spectres des cinémas nationaux ?

Une proposition de dialogue entre La Flor (2018) de Mariano Llinás et Bacurau (2019) de Juliano Dornelles et Kleber Mendonça Filho.

Claire Allouche, doctorante à l’Université Paris 8 (ESTCA).

Bacurau (J.Dornelles et K. Mendonça Filho)

À un an d’intervalle, le film-fleuve polymorphe La Flor (2018) du cinéaste
argentin Mariano Llinás et la fiction dystopique Bacurau (2019) des Brésiliens Juliano Dornelles et Kleber Mendonça Filho ont marqué un tournant dans l’histoire récente des deux cinématographies nationales, en raison de leur reconnaissance internationale mais surtout par leur ambition narrative et formelle, sans équivalent dans le cinéma contemporain.
S’il serait vain d’établir une analyse comparée de ces deux longs métrages
singuliers, ils se retrouvent néanmoins sur un plan qui induit un étonnant
rapprochement. La localité de tournage principale, ancrée dans un imaginaire régional particulier -la province de Buenos Aires pour une vaste partie de La Flor, le mythique sertão dans Bacurau-, devient un pays étranger à travers le regard et l’omniprésence linguistique d’un groupe de personnages « envahisseurs » venus du « premier monde » (les espionnes francophones dans La Flor, le groupe de « joueurs » étatsuniens dans Bacurau).

Bacurau (J.Dornelles et K. Mendonça Filho)


Le mélange des genres cinématographiques à l’œuvre dans ces deux films
devient alors l’occasion d’une coexistence surprenante entre une auto-exotisation des pays de production à travers ce point de vue distancié et la déambulation dans l’histoire du cinéma national de chaque pays, comme un répertoire ouvert à la réappropriation et l’actualisation. De fait, La Flor se termine en cherchant l’origine des premières images, reprenant les codes des premiers films gauchesques muets et Bacurau revendique une filiation avec le cinema novo notamment, à travers une multiplicité de références intégrées dans les problématiques du Brésil contemporain.


A partir d’un montage d’extraits de La Flor et de Bacurau ainsi que d’un retour sur des référents cinématographiques antérieurs, nous analyserons les différentes déclinaisons de la tension causée par les occurrences d’auto-exotisation.

Bacurau (J.Dornelles et K. Mendonça Filho)

Claire Allouche est doctorante à l’Université Paris VIII Vincennes – Saint-Denis sous la direction de Dork Zabunyan et de Thierry Roche depuis 2017. Sa recherche intitulée « Faire lieu : l’ancrage des images dans le cinéma argentin et brésilien contemporains » porte sur l’investissement de lieux restés en marge des cinématographies argentines et brésiliennes. Elle s’est préalablement formée en études cinématographiques au DHTA de l’ENS Ulm, à l’Université Paris 8, et à la UNSAM en Argentine. Elle a également obtenu un master en « Territoires, Espaces et Sociétés » à l’EHESS, avec une dominante anthropologique. Depuis 2017, elle réalise plusieurs séjours de recherche en Argentine et au Brésil. Depuis juin 2020, elle fait partie du comité de rédaction des Cahiers du Cinéma. Elle collabore ponctuellement à d’autres revues, comme Trafic, Débordements, Répliques et CinétrENS.