Séance 4

JEUDI 11 FEVRIER 2021

14h30-17h30, en visio

« Pour un nouveau regard ? »

Matrices coloniale, polonaise et soviétique des cinémas indépendants de l’ancienne Afrique coloniale

Cette séance à trois voix revient sur la vaste question de la fondation des cinémas indépendants dans les pays d’Afrique anciennement colonisés par la France, et particulièrement le Maroc, en cherchant à entrer dans la fabrique de ces nouveaux regards, entre quête d’authenticité et de vérité, et soupçon d’exotisme intérieur ou d’auto-folklorisme. Les cinéastes pionniers se sont en effet nourris (plus qu’ils ne l’ont rejeté) du regard réifiant et pénétrant du colon. Certains cependant se sont formés à d’autres écoles que celles de l’ancien pays colonisateur : dès lors, quelle spécificité ces détours par la Pologne populaire et l’Union Soviétique ont-ils apporté (ou pas) à leur « nouveau regard » (A. Bouanani) ?

Les portes des Quatre sources (Ahmed Bouanani, Maroc, 1977) 

Marie Pierre-Bouthier (ATER à Paul-Valéry Montpellier 3) :

Du cinéma colonial au cinéma marocain : entre quête d’authenticité et (auto-) folklorisme – Interprétations croisées d’Ahmed Bouanani et André Zwobada

Le cinéma colonial n’a pas fonctionné seulement comme un repoussoir pour le jeune cinéma marocain après l’Indépendance (1956). Bien au contraire, le « documentaire » colonial (tout comme la recherche et la littérature coloniales) a inauguré un (maigre) inventaire des traditions et des régions marocaines, repris fidèlement, jusque dans sa part propagandiste et folkloriste, par les premières productions « documentaires » post-coloniales. Même les plus féroces contempteurs du cinéma colonial, et les plus ardents rénovateurs du cinéma national, tel Ahmed Bouanani (1938-2011), ont trouvé des sources d’inspiration dans les recherches thématiques et formelles de certaines fictions coloniales : on se penchera ici plus particulièrement sur l’intérêt que ce poète-cinéaste a porté à deux films d’André Zwobada, La Septième porte (1947) et Les Noces de sable (1948).

La Septième porte (André Zwobada, France, 1947).

Gabrielle Chomentowski (CNRS) : 

L’Afrique, la jungle et les tambours (1976) de Souleiman El Noor : regards soviétiques sur l’Afrique par la caméra d’un cinéaste soudanais.

Autour du film de diplôme du Soudanais Souleiman El Noor L’Afrique, la jungle et les tambours (1976), alors étudiant à l’Institut du cinéma de Moscou (VGIK), nous reviendrons sur le contexte politique et culturel qui a permis cette coopération cinématographique entre l’Union soviétique et les pays d’Afrique dans les années 1960 et 1970 puis nous examinerons comment le réalisateur joue avec la représentation exotique que les Soviétiques pouvaient avoir de l’Afrique. 

Gabrielle Chomentowski est chargée de recherche CNRS au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS) depuis octobre 2019. Ses travaux de recherches se consacrent d’une part à l’histoire sociale du cinéma soviétique des années 1920 et 1930 et d’autre part aux circulations cinématographiques entre l’Union soviétique et l’Afrique dans la seconde moitié du XXe siècle. Parmi ses publications, citons Filmer l’Orient: politique des nationalités et cinéma en URSS (1917-1938), Ed. Pétra, 2016 ou encore Filmmakers from Africa and Middle East trained at VGIK during the Cold War”, Studies in Russian and Soviet Cinema, vol 13, issue 3, pp. 189-198.

Couverture de la revue soviétique Iskusstvo Kino (L’art du cinéma) d’août 1960

Léa Morin :

La Pologne pour devenir cinéaste marocain : expérimentations artistiques, luttes politiques, tricontinentale et cinéma à l’Ecole de Lodz dans les années 1960 et 1970

Dans les années 1960/1970, les jeunes cinéastes marocains étudiants à l’École de cinéma de Łódź s’interrogent, avec leurs camarades venus du monde entier (et notamment d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine) sur un monde, et un cinéma, à venir. Quel cinéma national veulent-ils pour leurs pays récemment indépendants ? Comment vont-ils affronter les réalités sociales et politiques de leurs pays ? En Pologne, ils vivent ensemble des années de militantisme politique et de lutte en exil, d’apprentissage de la langue et de la culture polonaise, de combats collectifs en solidarité aux peuples opprimés, d’accès aux cinématographies du monde entier, de découverte et d’exploration de nouveaux milieux artistiques, notamment du free-jazz, de l’art conceptuel et du cinéma politique radical, d’amitiés, d’amours, d’études mais aussi de rencontres avec les marges et les réalités politiques et sociales de la Pologne communiste.

Curatrice et chercheuse indépendante, Léa Morin est Co-fondatrice de l’Observatoire (Art et Recherche), Casablanca, elle était auparavant programmatrice et Directrice de la Cinémathèque de Tanger. Engagée dans des projets (édition, expositions, restaurations) qui associent chercheurs, artistes et praticiens, sa recherche est une tentative de contribuer à une meilleure connaissance des modernités artistiques, et notamment cinématographiques, rendues invisibles par les narrations dominantes. Elle s’intéresse particulièrement aux circulations d’idées, de formes, d’esthétiques et de luttes politiques et artistiques à la période des indépendances (années 1960 et 1970) et aux enjeux de la décolonisation culturelle. Elle a notamment initié et coordonné la restauration du film DE QUELQUES ÉVÉNEMENTS SANS SIGNIFICATIONS (1974, Maroc) de Mostafa Derkaoui avec la Filmoteca de Catalunya.

Karim Idriss, Abdelkader Lagtaa et Aziz Sayed au Club africain de Lodz pour un meeting de soutien au peuple vietnamien, organisé par l’UNEM (Union nationale des étudiants du Maroc, section de Pologne), mai 1967, Archives de Abdelkrim Derkaoui