Séance 6

JEUDI 8 AVRIL 2021

15h – 18h en visio

The Cheat (1915) vs. Forfaiture (1937) : deux approches cinématographiques distinctes d’un « péril jaune » fantasmé

En 1915, Cecil B. DeMille réalise Forfaiture (The Cheat), un film mettant en scène Fanny Ward dans le rôle d’une épouse de la haute bourgeoisie obligée de céder aux avances d’un riche collectionneur japonais/birman, interprété par Sessue Hayakawa, pour éponger ses dettes contractées en spéculant. Le film fait sensation, notamment la scène où Hayakawa marque la chair de Fanny Ward au fer rouge. En 1937, Marcel L’Herbier réalise sa propre version de Forfaiture, avec Lise Delamare dans le rôle de la femme abusée. L’acteur japonais y reprend le rôle de l’Oriental sadique qui a fait sa renommée internationale plus de vingt ans plus tôt, même si le rôle devient, à cette occasion, celui d’un prince d’un obscur royaume asiatique.

Si les films partagent un même argument narratif, ils témoignent néanmoins de deux approches distinctes du « péril jaune », cette peur indicible éprouvée envers les peuples asiatiques que certains « intellectuels » occidentaux théorisent dès la fin du XIXe siècle. En remettant les deux films dans leur contexte de production et de réception, je tenterai de mettre au jour cette distinction ; celle d’une approche essentiellement racialiste concernant le film américain tout d’abord, à une époque où l’immigration et l’assimilation des personnes venues d’Asie suscitent les inquiétudes des Américains déjà installés ; celle d’une approche du fait colonial concernant le film français ensuite, davantage concentrée sur une mission « civilisatrice » de l’Occident en Extrême-Orient, au moment où les intérêts occidentaux sont justement menacés par les velléités d’un empire japonais qui entame une conquête des territoires environnants. Que « l’ennemi asiatique » menace de l’intérieur (The Cheat) ou qu’il opère depuis des contrées lointaines (Forfaiture), le cinéma n’oublie pas de rendre cette menace tout à la fois effrayante et séduisante, une ambiguïté que je soulignerai par une analyse esthétique conjointe des deux films.

David Auvray est doctorant à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (sous la direction de Kristian Feigelson) et membre de l’Institut de Recherche sur le Cinéma et l’Audiovisuel (IRCAV). Chargé de cours à l’université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et à l’université Paris 3, ses recherches de thèse explorent les singularités du jeu de l’acteur Sessue Hayakawa. S’inscrivant largement dans la sillage des études actorales, cette étude entend néanmoins soulever la problématique de la représentation du corps asiatique dans un corpus filmique largement occidental, dans une perspective tout à la fois culturelle et socio-politique mais aussi en révélant ses potentialités proprement figurales. David Auvray a publié l’article « Les industries culturelles japonaises au service d’une stratégie transmédiatique : le cas d’AKB48 » dans le numéro de la revue Théorème n°33 (Les Industries des images en Asie de l’Est. Entre mondialisation et identités locales, Chine – Hong Kong – Corée – Japon -Taïwan, à paraître).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.