Séance 7

JEUDI 3 JUIN 2021

Hollywood goes to Japan (1955-1964) :
quel(le)s imag(inair)es pour l’ennemi devenu allié ?

Ma Geisha (Jack Cardiff, 1962)

L’occupation américaine officiellement achevée en septembre 1952, le Japon retrouve une place dans la production hollywoodienne qui n’est plus celle de l’adversaire qu’il a occupée durant la Guerre du Pacifique. D’abord base arrière dans la lutte contre le communisme durant la Guerre de Corée (1950-1953), le pays entame en 1955 une période de haute croissance économique (Kodo keizai seicho) tandis que son cinéma connaît un second âge d’or, battant des records de production et de fréquentation. Jusqu’à la tenue des Jeux Olympiques d’été de Tokyo en 1964, année où les Japonais sont à nouveau autorisés à voyager à l’étranger, les major companies américaines initient plusieurs tournages sur place de films dont nous nous proposons d’identifier certaines constantes et variations. Valorisation par le format large des sites historiques et des habituations traditionnelles, récits mouvementés dans des genres variés passant en revue des coutumes et pratiques culturelles à la fois sibyllines et fascinantes, fantasmes associés à la figure ambivalente de la geisha à laquelle une poignée d’actrices récurrentes prêtent leurs traits se retrouvent ainsi systématiquement convoqués dans le portrait d’un pays « sous contrôle », avant que la bulle spéculative des années 1985-1991 ne remette un temps sur le devant de la scène un Japon cette fois plus « menaçant » pour l’Empire américain.

Simon Daniellou est maître de conférences à l’université Rennes 2. Auteur d’une thèse sur la représentation des arts scéniques dans le cinéma japonais et de divers articles parus dans CinémActionImages secondesMise au pointPositifDébordements ou The Wild Bunch, il a notamment codirigé Les Variations Hong Sang-soo (2 vol., De l’incidence éditeur, 2018-2020).

The Teahouse of the August Moon (1956)

Filmographie indicative :

La Maison de bambou (House of Bamboo, Samuel Fuller, 1955)

La Petite Maison de thé (The Teahouse of the August Moon, Daniel Mann, 1956)

Espionnage à Tokyo (Stopover Tokyo, Richard L. Breen, 1957)

Escapade au Japon (Escapade in Japan, Arthur Lubin, 1957)

Sayonara (Joshua Logan, 1958)

Le Barbare et la geisha (The Barbarian and the Geisha, John Huston, 1958)

Le Kid en kimono (The Geisha Boy, Frank Tashlin, 1958) 

Opération Geisha (Cry for Happy, George Marshall, 1961)

Ma Geisha (My Geisha, Jack Cardiff, 1962)

Citoyen de nulle part (A Girl Named Tamiko, John Sturges, 1962)

Rien ne sert de courir (Walk Don’t Run, Charles Walters, 1966, tourné à partir de 1964)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.